7-10 ans
Laisser un commentaire

Les derniers géants

Un coup de coeur pour cet album pas très récent que je n’ai pourtant découvert qu’en 2022. Il était là sur une table, j’ai pensé que c’était une nouveauté mais pas du tout, il a simplement été ré-édité parce que depuis 1992, il n’a pas pris une ride.

C’est l’époque des grandes expéditions, le temps où l’on partait à la découverte de contrées lointaines. Tout commence en Angleterre, lorsque le narrateur, un bourgeois fortuné et rêvant de mondes perdus achète sur les docks une énorme dent gravée. Après l’avoir minutieusement étudié, il y trouve une carte qui semble décrire le Pays des géants.

Il part donc en expedition: Inde, Birmanie, en remontant les fleuves, et après je me suis un peu perdue. On se retrouve au bord de falaises, naviguant sur le fleuve noir entouré d’une jungle épaisse et humide. Nous nous enfonçons chaque page un peu plus avec lui dans une terre hostile et inconnue. Un peu naturaliste aussi, il en profite pour ramasser des spécimens inconnus. Le danger est permanent tant et si bien qu’il termine son voyage seul et exténué.

Quand il arrive finalement au pays des géants, et les rencontre enfin, c’est pour découvrir des êtres colossaux, bienveillants et accueillants. Ils étaient neuf, hommes et femmes, tatoués de la tête aux pieds, mystérieux…

Je trouve ce passage merveilleux, cet humain qui vit parmi cette tribu extraordinaire, qui apprend, qui fait des croquis, qui les observent dans leur quotidien. Je pense que ça ferait rêver n’importe quel enfant de faire une telle découverte. D’où viennent-ils? Quel age ont-ils? quelle langue parlent-ils? que représentent leurs tatouages?

Mais au bout d’un moment, le mal du pays se fait sentir et Archibald a envie de rentrer à Londres et de retrouver le monde des hommes et il se résout, au bout de 10 mois à quitter ces géants. Le voyage du retour s’effectue par les terres, les plateaux et les steppes, d’Asie puis de Russie pour enfin rejoindre l’Angleterre.

A son retour, il se met à l’écriture d’une étude complète sur les géants en général, évoquant Titans, Atlantes, Cyclopes, Patagons puis sur la tribu découverte lors de son expédition. Le succès est mitigé mais l’intérêt clair, même si on discute la véracité de ces informations. Bientôt, les fonds furent suffisant pour monter une seconde expedition.

Malheureusement la plus épouvantable des surprises attend Archibald. L’issue tragique de cette histoire rappelle un peu celle de King Kong, un autre géant. Il y a des secrets qu’il vaut mieux garder pour soi. La mégalomanie d’Archibald a entrainé la perte de ces géants. Depuis, Archibald est devenu simple marin et ne parle plus jamais de cette dent.

Les histoires ne finissent pas toutes bien, c’est pour cette raison que peut-être elle ne s’adresse pas un enfant de 5 ans mais plutôt à un enfant de 7 ou 8 ans assez mature pour comprendre ça.

François Place
Casterman, Les Albums Casterman, Album, 82 pages, 1992
16,95€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s