Derniers Articles

Il était une fois le feu des dragons 🇫🇷

Suite au succès du merveilleux 🇬🇧Once upon a unicorn horn / 🇫🇷Il était une fois, la cornes des licornes, Beatrice blue s’attaque au feu des dragons. Pourquoi donc crachent-ils du feu ?

Nous l’avons lu en Anglais mais il existe également en Français aux editions Little Urban. Un lien pour feuilleter la version française se trouve plus bas.

« Il était une fois dans un royaume enchanté, un terrible dragon qui vivait près d’un village ». Personne ne l’avait jamais vu, mais tous les villageois en avaient peur. Ils racontaient d’ailleurs à son sujet les plus atroces histoires.

Freya et Sylas (Sacha en Français), eux, n’en avaient pas peur et adoraient lire des histoires a son sujet.

Une tempête glaciale vint à tomber sur le village. C’était surement la faute de ce satané dragon ! N’ecoutant que leur courage, Freya et Sylas décidèrent de partir pour l’arrêter.

Mais quand ils arrivèrent dans sa caverne, le dragon qu’ils découvrirent était loin de correspondre à toutes les rumeurs qu’ils avaient pu entendre. C’était un dragon seul, triste et apeuré.

Bien décidés à rétablir la vérité pour innocenter ce pauvre dragon, ils se mirent à raconter une nouvelle et belle histoire, si bien que son coeur se réchauffa tellement qu’il en cracha du feu.

La belle couverture, avec ses lettres d’or invite tout de suite au rêve ! Les illustrations de Beatrice Blue sont colorées, douces et gaies.

Un bel album pour lutter contre les rumeurs et les préjugés, tout en douceur et bienveillance.

Pour des feuilleter la version française de l’ouvrage, cliquez ici.

A partir de 3 ans.

🇬🇧Once upon a dragon’s fire / 🇫🇷Il était une fois le feu des dragons
Beatrice Blue
Album, 32 pages, 2020
🇬🇧
Frances Lincoln, First editions, £ 12.90
🇫🇷Little Urban, 13,50 €


Once upon a dragon’s fire 🇬🇧

Suite au succès du merveilleux 🇬🇧Once upon a unicorn horn / 🇫🇷Il était une fois, la cornes des licornes, Beatrice blue s’attaque au feu des dragons. Pourquoi donc crachent-ils du feu ?

Nous l’avons lu en Anglais mais il existe également en Français aux editions Little Urban.

« Il était une fois dans un royaume enchanté, un terrible dragon qui vivait près d’un village ». Personne ne l’avait jamais vu, mais tous les villageois en avaient peur. Ils racontaient d’ailleurs à son sujet les plus atroces histoires.

Freya et Sylas (Sacha en Français), eux, n’en avaient pas peur et adoraient lire des histoires a son sujet.

Une tempête glaciale vint à tomber sur le village. C’était surement la faute de ce satané dragon ! N’ecoutant que leur courage, Freya et Sylas décidèrent de partir pour l’arrêter.

Mais quand ils arrivèrent dans sa caverne, le dragon qu’ils découvrirent était loin de correspondre à toutes les rumeurs qu’ils avaient pu entendre. C’était un dragon seul, triste et apeuré.

Bien décidés à rétablir la vérité pour innocenter ce pauvre dragon, ils se mirent à raconter une nouvelle et belle histoire, si bien que son coeur se réchauffa tellement qu’il en cracha du feu.

La belle couverture, avec ses lettres d’or invite tout de suite au rêve ! Les illustrations de Beatrice Blue sont colorées, douces et gaies.

Un bel album pour lutter contre les rumeurs et les préjugés, tout en douceur et bienveillance.

A partir de 3 ans.

🇬🇧Once upon a dragon’s fire / 🇫🇷Il était une fois le feu des dragons
Beatrice Blue
Album, 32 pages, 2020
🇬🇧
Frances Lincoln, First editions, £ 12.90
🇫🇷Little Urban, 13,50 €


Sirènes de légende

La sirène est un personnage qui m’a toujours fasciné, celles décrites dans l’Odyssée qui enchantent les hommes pour les dévorer.

De La Martinière avait fait un peu de teasing en mettant quelques illustrations sur Instagram et en les voyant, je savais déjà que j’achèterai ce livre qui parle de ces créatures marines.

La couverture est magnifique, embossée avec du doré; la quatrième de couverture nous invite à plonger avec 10 sirènes de légende alors je me jette à l’eau pour vous présenter cet album.

On fait le récit bien évidemment des plus connues: Ulysse, La Lorelei, La petite sirène d’Andersen, mais vous en découvrirez bien d’autres.

La première est tirée de la mythologie grecque, vous la connaissez déjà, mais peut être pas vos enfants. Les sirènes mi femmes-mi oiseaux qui par leurs chants promettent la connaissance. Circé avait prévenu Ulysse que nul homme ne pouvait résister au chant des sirènes, alors il s’est dirigé vers elles avec un équipage qui avait les oreilles bouchées à la cire. Seul Ulysse les a entendu mais il était aimé au mat de son bateau pour ne pas se laisser piéger.

La deuxième, c’est Sedna, une jeune inuit un peu vaniteuse, trop attachée à son physique. Elle rêvait d’un prince charmant, mais son père, voulant corriger son vilain caractère décida de l’envoyer en exil.
Sedna rencontra un homme, comme celui qu’elle tendait mais à peine mariée, l’homme révéla sa vraie nature, mi-homme, mi-oiseau, il était en fait un chaman et Sedna fut sous son emprise. Son père a entendu ses pleurs et il partit à sa recherche. Il enleva sa fille des griffes de ce mauvais mari et la ramena en kayak vers son ile. Mais le Chaman furieux déclencha une horrible tempête et Sedna tomba au fond de l’eau et se transforma en créature marine. Sedna est la déesse de la mer et des créatures marines dans la mythologie inuit.

Iara, était la plus courageuse et la plus vaillante guerrière de sa tribu, elle était aussi magnifique et généreuse. Ses frères jaloux voulurent se débarrasser d’elle, sur un malentendu, puisqu’elle entendit des hommes dirent qu’il fallait la tuer, elle tua ses frères. Son père et les hommes de la tribu l’offrir en sacrifice au fleuve Amazone. Pour aider la jeune femme, la lune et les créatures marines la sauvèrent d’une mort certaine en la transformant en sirène. Depuis Iara, règne sur les rivières brésiliennes, elle entraine les hommes au fond de l’eau pour se venger de ce qu’ils lui avaient fait.

La Lorelei, vous la connaissez sans doute, c’est un mythe qui date du 1ç ème siècle. La plus belle fille de la région d’un Rhin vient s’assoir sur un pic rocheux dominant le fleuve. Elle était amoureuse d’un marin, mais alors qu’elle attendait leur prochain rendez-vous, un homme jaloux lui fit croire qu’il partait sur une navire pour ne jamais revenir. La jeune fille en tentant d’apercevoir le bateau se pencha tellement qu’elle tomba du pic et le Rhin ému par ce destin tragique, fit de cette jeune fille une sirène. Une créature malheureuse qui entrainait les hommes vers le fond de l’eau, apparement on entend toujours son triste chant en approchant du détroit du Rhin.

Jiaoren, la sirène chinoise, apprit à la petite Li à tisser une étoffe magnifique et lui laissa en souvenir de son passage, un bocal de larmes qui se transforma en perles qu’elle pu vendre pour sortir de la misère.

La petite sirène d’Andersen, à 15 ans, la petite sirène fut autorisé à aller voir le monde des humains à la surface. Elle fit évidemment la rencontre d’un prince et en tomba amoureuse et lui sauva la vie lorsqu’une vague énorme déferla et l’attira vers les fonds marins. La sorcière des mers lui offrit des jambes en échange de sa voix, elle a peu de temps pour se faire aimer de son prince, et si elle échoue, elle se transformera en écume. Pour sauver son prince d’un destin tragique elle se sacrifia.

Mélusine, peut changer d’apparence à son gré, mais un jour par semaine, elle est sirène. Un seigneur la surprit dans la forêt et tomba amoureux, elle accepta de l’épouser si il acceptait de ne pas la voir le samedi. De leur union naquit 1à garçons et chaque samedi, Mélusine s’enfermait dans sa chambre où elle passait la journée entière dans un grand bain.
Mais un jour, la curiosité et la jalousie l’entrainèrent à observer par le trou de la serrure et son mari apeuré la traita de démon. A sa queue de sirène s’a jouta une paire d’ailes de dragon et elle du fuir son royaume pour retourner se cacher au fond des bois. On l’entend pleuré la perte des êtres aimés.

Mami Wata, une légende vaudoue. Nijala, une petite fille fait la rencontre de Mari Wata: c’est une sirène qui envoute, elle est dotée d’une magnifique chevelure noire, a des nombreux bijoux et de précieuses étoffes. Elle est vaniteuse et pour l’éloigner il faut lui offrir des cadeaux, ce que fit la petite fille. La sirène la prit sous son aile et lui apporta prospérité.

Ningyo est une yokai, un esprit malfaisant du folklore japonais. Elle n’est pas belle mais dispose d’un chant d’hirondelles et d’écailles dorées, ses larmes se transforment en diamants mais gardez-vous d’essayer de l’enfermer, car la malchance vous poursuivra toute votre vie. Un pêcheur invita ses amis à diner et leur proposa un poisson qu’il ne connaissait pas, mais l’un d’entre eux vit que c’était la Ningyo et informa les autres de ne pas y toucher et de jeter tous les morceaux à la mer. L’un d’entre eux oublia de les jeter et sa fille les mangea, elle devint une magnifique jeune femme qui ne vieillit jamais, ce fut une malédiction.

Dans une légende gaélique, on parle des hommes bleus, des anges déchus tombèrent du ciel et atterrir dans la mer pour devenir des sirènes au masculin. Ils vivent cachés dans les falaises et créent des tempêtes dévastatrices.

J’ai passé un merveilleux moment à me remémorer ces histoires dont je ne me souvenais plus et à en découvrir d’autres. Si vos enfants aiment les légendes alors ce livre doit faire parti de votre bibliothèque.

Rémi Giordano et Olivia Godat/ Laura Pérez
Editions De La Martinière, Album, 48 pages, Novembre 2020
13,90€

The Puffin Keeper 🇬🇧/ Le phare aux oiseaux 🇫🇷

En 1926, le gardien du phare vient à la rescousse d’un bateau venant de New York, sur lequel se trouvait le narrateur, Allen, qui, à l’époque, avait 5 ans.
Benjamin, ce gardien du phare de l’ile (au large des Cornouailles), assez taciturne, est parti chercher chacun des naufragés et les a mis à l’abri et au chaud dans son phare.
Au moment du départ, Benjamin offre à Allen, un morceau de bois sur lequel était peint un bateau et Allen n’oublia jamais Benjamin.

Allen avait perdu son Papa, et lui et sa Maman étaient en route pour le Devon où il devait aller vivre chez ses grands-parents car sa mère n’avait plus de ressources. Ses grands-parents qu’il ne connaissait pas était des gens sévères, froids, d’une autre époque. Ils l’envoyèrent en pensionnat, ce qui ne lui plus pas vraiment, jusqu’à ce que sa Maman obtienne un poste de professeur de français dans son école.

Un jour, Allen tombe sur un magazine dans lequel on parle du sauvetage du Pelican, le bateau dans lequel il se trouvait enfant et il décide de repartir à la rencontre de son sauveteur, pour une grande aventure de la vie.

Lors du dernier South Ken Kids Festival, il y a eu une intervention de l’auteur et de l’illustrateur apparemment très remarquable, qui présentaient leur nouveau livre.
Quel duo! Qui d’autre que Benji Davies (auteur et illustrateur d’albums pour les plus jeunes) pouvait illustrer cette merveilleuse aventure d’un des auteurs jeunesse des plus appréciés? Lui même est très inspiré par un environnement marin, vous connaissez forcément ces grands succès que sont la série de « L’enfant et la baleine« .


En France, au programme, on lit Morpugo, un peu plus tard, en CM2. Je trouve que ses récits sont magnifiques, l’écriture est sublime et poignante. Effectivement, ils enchantent les enfants et adultes de tout âge. Nous sommes plongés dans un contexte historique, une époque, mais ils sont aussi souvent assez tristes.
Attention aux petits coeurs sensibles, surtout en ce moment où les enfants ont besoin de légèreté. Réservez ces lectures à un age adapté.

Un bel hommage aussi à une maison d’édition dont le fondateur s’appelait Allen et dont une collection est appelée « Puffin », je crois qu’il y a beaucoup de petits détails très personnels dans ce récit.

Comme je suis curieuse, j’ai regardé si cette « Puffin Island » existait, apparemment oui, mais elle est au large du Pays de Galles et elle est inhabitée, enfin…allez regarder par vous même et retrouver ma présentation de « Saving Species » au début du mois si vous voulez en apprendre un petit peu plus sur cet incroyable « perroquet des mers »!

Il arrive en français chez Gallimard sous le nom « Le phare aux oiseaux » au mois d’avril! Pas toujours d’accord avec les traductions…le macareux moine est un animal unique qui sous-entend aussi la protection des espèces, l’oiseau pas vraiment…

Michael Morpugo/ Benji Davies
Roman illustré, 112 pages, Novembre 2020
🇬🇧
Penguin Random House Children’s UK, £12,99
🇫🇷 Gallimard Jeunesse, Grand format littérature, 16,50€



Petit Pingouin et Pomme de Pin 🇫🇷

Cet album est probablement l’un des plus mignons que j’ai eu l’occasion de lire. Je l’ai découvert en Anglais mais il existe aussi en Français chez Seuil Jeunesse.

Un petit manchot trouve une pomme de pin dans la neige. C’est le début d’une belle amitié. Mais grand-papa rappelle à son petit-fils que les pommes de pin ne peuvent pas vivre dans le froid. Elles ont besoin d’être dans une forêt. Même si le petit manchot est triste de quitter son nouvel ami, il décide de ramener la pomme de pin dans son milieu naturel, pour qu’elle soit bien et entame un long périple.

Une belle histoire d’amitié qui grandit avec le temps, dans tous les sens du terme, malgré la distance. je ne vous dévoile pas la fin, tout aussi charmante que le reste.

Impossible de resister à tant de mignonerie et de bons sentiments !

Salina Yoon nous convainc avec cette histoire charmante et ses illustrations colorées aux traits épais. D’autres titres dans la série du Manchot sont disponibles.

A partir de 3 ans.

Petit Pingouin et Pomme de Pin 🇫🇷/ Penguin and Pinecone 🇬🇧
Salina Yoon
🇬🇧
Paperback, 40 pages, Bloomsbury, 2012
🇫🇷Album, 40 pages, Seuil Jeunesse, 2013
🇬🇧 £ 5.90 / 🇫🇷 12,50 €


Penguin and pinecone🇬🇧

Cet album est probablement l’un des plus mignons que j’ai eu l’occasion de lire. Je l’ai découvert en Anglais mais il existe aussi en Français chez Seuil Jeunesse.

Couverture de l'ouvrage Petit Pingouin et Pomme de pin

Un petit manchot trouve une pomme de pin dans la neige. C’est le début d’une belle amitié. Mais grand-papa rappelle à son petit-fils que les pommes de pin ne peuvent pas vivre dans le froid. Elles ont besoin d’être dans une forêt. Même si le petit manchot est triste de quitter son nouvel ami, il décide de ramener la pomme de pin dans son milieu naturel, pour qu’elle soit bien et entame un long périple.

Une belle histoire d’amitié qui grandit avec le temps, dans tous les sens du terme, malgré la distance. je ne vous dévoile pas la fin, tout aussi charmante que le reste.

Impossible de resister à tant de mignonerie et de bons sentiments !

Salina Yoon nous convainc avec cette histoire charmante et ses illustrations colorées aux traits épais. D’autres titres dans la série du Manchot sont disponibles.

A partir de 3 ans.

Penguin and Pinecone
Salina Yoon
🇬🇧
Paperback, 40 pages, Bloomsbury, 2012
🇫🇷Album, 40 pages, Seuil Jeunesse, 2013
🇬🇧 £ 5.90 / 🇫🇷 12,50 €


Mizu et Yoko au ski

Une très jolie maison d’édition que nous n’avions pas encore eu l’occasion de présenter…
Déjà on adore la première page qui nous explique que le livre est imprimé en Italie sur du papier issu de forêts européennes gérées durablement.
On adore aussi la 4ème de couverture et son sticker qui nous dit pour 4 livres vendus, un offert à un enfant qui a peu accès à la culture.
Que de belles intentions pour cette maison d’édition!

Mizu, le pingouin a très envie d’aller au ski avec son ami Yoko, un grand ours blanc (déjà rencontré dans un album précedant). Il est très enthousiaste et Yoko un peu grognon.

Mizu part à fond les ballons et bouscule tous les autres enfants qui ne sont pas très contents. Il s’amuse beaucoup et se moque complètement des autres.

Jusqu’au moment où les choses ne vont plus se passer comme prévu pour Mizu!

Mizu et Yoko n’en sont pas à leur coup d’essai, c’est leur troisième album, ils sont tous aussi craquants.
Grâce à celui-ci, vous pourrez aborder la notion du respect. Au début du livre Mizu se vante auprès de tout la banquise qu’il part au ski, ensuite, il considère que c’est à Yoko de le transporter avec tout son matériel, plus tard il bouscule les autres et se croit tout permis et pour finir il n’obéit pas. Les enfants peuvent rapidement se retrouver dans l’un de ces schémas, vous avez sans doute eu l’occasion d’aborder cette valeur avec eux, mais je trouve que ce livre est très complet et par ailleurs, c’est aussi, tout simplement, une jolie histoire de sports d’hiver, ce qui est totalement d’actualité pour certains chanceux!

Laurie Cohen/ Marjorie Béal
Maison Eliza, Collection « Menthe à l’eau », Album, 44 pages, 2018
13,50€

Mr. Penguin and the fortress of secrets 🇬🇧 / Monsieur Pingouin – La forteresse des secrets 🇫🇷

Pingouin + Alex T. Smith = gros carton pour ma fille !

Ma fille, fan de pingouins, avait adoré le premier tome de Monsieur Pingouin (Le trésor perdu) et je lui avait donc offert le Tome 2 à sa sortie. Pour résumer, Mr Pingouin est un detective / explorateur, avec un grand chapeau et un énorme noeud papillon. Et évidemment, c’est un… pingouin.

Dans ce deuxième tome, son avion s’écrase près de Flocon-sur-Cime. Et ça tombe à pic : des animaux domestiques, et en particulier des hamsters y disparaissent, les uns après les autres, juste avant le 32e festival international des rongeurs… Encore plus bizarre : des bruits étranges proviennent d’une forteresse abandonnée. Evidemment, Monsieur Pingouin et son fidèle acolyte Colin l’araignée décident de résoudre le mystère et pénètrent dans la forteresse. Ils y rencontreront le plus grand hynodyiseur du monde , qui a bien l’intention de contrôler le monde.

Une enquête haute en couleurs, originale et drôle. Des situations complètement farfelues, des dialogues un brin loufoques, bref, la combinaison parfaite de ce qu’aiment les enfants.

Les nombreuses illustrations et les courts chapitres (il y en a 29 dans le livre) sont idéaux pour faciliter et aérer la lecture. Du coup, les 300 pages (qui pourraient paraitre insurmontables pour certains enfants) passent comme une lettre à la poste !

L’illustrateur a choisi 2 tons pour ses dessins : orange et noir, ce qui donne un petit effet halloween qui fonctionne bien avec cette forteresse « hantée ».

Alex T. Smith est un auteur illustrateur incontournable en Angleterre. Il est notamment derrière la séries Claude (Léon en Français). Illustrateur du World Book Day en 2014, il a reçu le UKLA Picture book award pour Little Red and the very hungry lion, et le Children’s Book of the World Illustration Award pour l’illustration des 101 Dalmatians (de Doddie Smith). Il est aussi derrière How Winston Delivered Christmas, que nous vous avions présenté en décembre dernier.

A partir de 6 ans en Anglais, 8 ans en Français.

Mr. Penguin and the fortress of secrets 🇬🇧 / Monsieur Pingouin – La forteresse des secrets 🇫🇷
Alex T. Smith
300 pages

🇬🇧Hodder children’s books
🇫🇷 Castor Romans chez Flamarion jeunesse
2019
🇬🇧£6.99 / 🇫🇷
13,00 €

Monsieur Pingouin – La forteresse des secrets 🇫🇷 / Mr. Penguin and the fortress of secrets 🇬🇧

Pingouin + Alex T. Smith = gros carton pour ma fille !

Ma fille, fan de pingouins, avait adoré le premier tome de Monsieur Pingouin (Le trésor perdu) et je lui avait donc offert le Tome 2 à sa sortie. Pour résumer, Mr Pingouin est un detective / explorateur, avec un grand chapeau et un énorme noeud papillon. Et évidemment, c’est un… pingouin.

Dans ce deuxième tome, son avion s’écrase près de Flocon-sur-Cime. Et ça tombe à pic : des animaux domestiques, et en particulier des hamsters y disparaissent, les uns après les autres, juste avant le 32e festival international des rongeurs… Encore plus bizarre : des bruits étranges proviennent d’une forteresse abandonnée. Evidemment, Monsieur Pingouin et son fidèle acolyte Colin l’araignée décident de résoudre le mystère et pénètrent dans la forteresse. Ils y rencontreront le plus grand hynodyiseur du monde , qui a bien l’intention de contrôler le monde.

Une enquête haute en couleurs, originale et drôle. Des situations complètement farfelues, des dialogues un brin loufoques, bref, la combinaison parfaite de ce qu’aiment les enfants. Les images ci-dessous sont celles de la version anglaise que nous avons lue. Mais ça vous donnera une bonne idée.

Les nombreuses illustrations et les courts chapitres (il y en a 29 dans le livre) sont idéaux pour faciliter et aérer la lecture. Du coup, les 300 pages (qui pourraient paraitre insurmontables pour certains enfants) passent comme une lettre à la poste !

L’illustrateur a choisi 2 tons pour ses dessins : orange et noir, ce qui donne un petit effet halloween qui fonctionne bien avec cette forteresse « hantée ».

Alex T. Smith est un auteur illustrateur incontournable en Angleterre. Il est notamment derrière la séries Claude (Léon en Français). Illustrateur du World Book Day en 2014, il a reçu le UKLA Picture book award pour Little Red and the very hungry lion, et le Children’s Book of the World Illustration Award pour l’illustration des 101 Dalmatians (de Doddie Smith). Il est aussi derrière How Winston Delivered Christmas, que nous vous avions présenté en décembre dernier.

A partir de 6 ans en Anglais, 8 ans en Français.

Mr. Penguin and the fortress of secrets 🇬🇧 / Monsieur Pingouins – La forteresse des secrets 🇫🇷
Alex T. Smith
300 pages

🇬🇧Hodder children’s books
🇫🇷 Castor Romans chez Flamarion jeunesse
2019
🇬🇧£6.99 / 🇫🇷
13,00 €

Le pingouin qui avait froid

Cet album est de toute beauté : un très grand format cartonné avec des pages bien épaisses.

Contrairement à ses parents et à tous les autres pingouins, Milo le pingouin a froid. Un jour qu’il refuse de plonger dans l’eau glacée pour aller pêcher du poisson, une baleine l’aborde.

Elle lui propose de l’emmener avec elle en voyage. Il ne fera pas froid là où ils vont. Evidemment, Milo accepte. S’en suit un fabuleux périple pendant lequel il découvrira les paysages colorés des tropiques et ses habitants. L’un d’eux lui fera un précieux cadeau qu’il ramènera avec lui dans sa banquise natale.

Des paysages glacés aux tons froids et tristes aux paysages tropicaux chauds et colorés, les illustrations ultra graphiques de Philip Giordano (dont nous avions déja admiré le talent dans L’Etoile de Robin) nous font voyager.

Un bel album poétique et attendrissant sur la différence.

A partir de 3 ans.

Le pingouin qui avait froid
Philip Giordano
Album grand format, 48 pages, Milan, 201
6
14,90 €