Derniers Articles

Bonjour Facteur

On ne présente plus ni Michaël Escoffier ni Matthieu Maudet ! Avec ce duo de choc, on ne peut pas se tromper !

Dans cet album, ce n’est pas une cigogne qui livre les bébés mais un facteur à bicyclette. Hippopotames, singes, les parents ont l’air plutôt contents de leur nouvelle progéniture fraichement livrée.

Les pingouins eux, seront encore une fois bien surpris lorsque l’oeuf que le facteur leur a apporté éclot !

Un livre très amusant aux dessins bien sympathiques à lire avec les tout petits.

A partir de 2 ans.

Bonjour Facteur
Michaël Escoffier / Matthieu Maudet
Album
, 22 pages, École des loisirs, 2012
10,50 €
/ 6,00 €

Sexualité, intimité: Notre sélection de livres pour en parler avec vos enfants.

C’est un sujet ultra délicat et nous l’abordons avec nos enfants à des âges très variables. C’est pour cette raison que je ne vais pas trop indiquer de tranches d’âges mais plutôt vous parler du contenu et vous déciderez individuellement à quel âge la ressource s’adresse.

Mes enfants personnellement me posent énormément de questions depuis assez longtemps sur le sujet et j’ai toujours tenu à répondre à toutes avec des mots adaptés et nous avons consolidés les connaissances avec les années afin que ce soit toujours adapté à leur capacité d’appréhension des différents sujets.

Je leur explique aussi souvent que les copains n’ont pas forcément le même niveau d’information qu’eux et qu’il est donc préférable de laisser à leurs parents le choix de leur expliquer certaines choses.

Après, ne soyez pas trop naifs non plus, si vous n’en parlez pas en famille, ils en parlent à l’école. Et il est parfois nécessaire de clarifier certaines interprétations un peu « personnelles » de certains copains.

En général

L’un des premiers livres qui m’a donné l’idée de ce thème, c’est une première lecture qui parle des deux sexes sous forme d’une petite histoire dans laquelle les enfants finiront nus à la plage. On est différent, les filles des garçons.

Max, sait déjà beaucoup de choses puisqu’il sait qu’il y a les « avec zizi » et les « sans zizi ».

Il pense aussi que les plus forts, depuis la nuit des temps sont les garçons. Mais tout ça, c’était avant que Mademoiselle Zazie arrive dans sa classe. Elle ne ressemble pas aux autres filles, elle se bagarre, elle monte aux arbres, bref, les convictions de Max sont un peu ébranlées. Cette petite fille a forcément un zizi puisqu’elle est courageuse comme un garçon. Mais non, finalement pas. Max a découvert qu’il y a les avec zizi et les avec zézette. Pas de « sans », on a chacun quelque chose mais qui est différent.

Il est vrai qu’en 2022, l’approche des genres est un peu moins binaire. Les garçons qui se bagarrent et les filles qui jouent à la poupée, mais ce livre reste néanmoins une lecture qui fonctionne pour une première approche de la sexualité.

Selon l’éditeur à partir de 6 ans

Mademoiselle Zazie a-t’elle un zizi ?
Thierry Lenain/ Delphine Durand
Nathan Poche, Première lecture, c’est la vie, 32 pages, 2011
6,20€

Et le deuxième, sur lequel mes enfants se sont rués il y a deux ans, c’est le fameux Guide du zizi sexuel, mis à jour. J’avais écouté Pef sur un podcast du salon et j’ai donc acheté 2 exemplaires du livre pour mes enfants, chacun un. Ils avaient à l’époque 6 et 9 ans. Ils n’en finissent plus de l’explorer, je les laisse le lire seuls et ils peuvent après me poser toutes les questions qu’ils souhaitent. Pas toujours évident, les premières questions sont souvent sur les sujets que vous avez le moins envie d’aborder.

Titeuf, c’était loin d’être ma tasse de thé, mais je dois dire que pour guider les enfants de façon évidente vers toutes les questions embarrassantes, il n’a pas son pareil. Ce n’est pas sans raison qu’il a été vendu à plus de 1,5 million d’exemplaires depuis sa première publication, il répond à quasiment toutes les questions sur l’amour et la sexualité.

Le livre qui était initialement sorti en 2001, a subi un rafraîchissement, on y aborde maintenant plus de sujets sur la sexualité des filles et le consentement.

Selon l’éditeur à partir de 9 ans

Le guide du zizi sexuel
Hélène Bruller/ Zep
Glénat, Bande Dessinée documentaire, 110 pages, première édition en 2001, présente édition en 2020
10,95€

On m’a aussi prêté le super médiatisé Le petit illustré de l’intimité qui existe en version sexe masculin ou féminin, chacun d’entre eux s’adresse aussi au sexe opposé.

On le comprend immédiatement en regardant la couverture, ici, pas de tabous, on parle de tout ! Une couverture représentant un sexe et des fleurs, un livre inclusif dans lequel tous les enfants peuvent se reconnaitre. Dans cet ouvrage, toutes sortes de « zizis » sont représentés.

On parle anatomie, avec des illustrations qui engagent à s’observer. Des légendes qui permettent aux enfants d’utiliser le vocabulaire approprié pour chaque partie interne ou externe du sexe et de courts textes qui permettent de mettre en avant certaines parties du sexe ou phénomènes physiques en relation avec le sexe.

On aborde brièvement la pudeur, le genre, l’amour, le consentement, la puberté, comment on fait les bébés et l’accouchement.

Je trouve que ce documentaire présente très simplement les choses, comme le disent les autrices, elles ont du faire des choix et n’ont pas pu aborder ou répondre à toutes les questions. Mais je le trouve bien fait, les illustrations sont douces, pas de grossièretés, on décrit joliment le corps et surtout on explique bien que l’apparence peut être très différente d’un enfant à un autre, ce qui doit être rassurant à lire.

Selon l’éditeur à partir de 6 ans

Le petit illustré de l’intimité
Tiphaine Dieumegard/ Mathilde Baudy
Atelier de La Belle Etoile, Documentaire, 56 pages, 2021
15€

La couverture est amusante, un livre en 3 coloris : rose fluorescent, bleu turquoise et argenté; les enfants ont très rapidement été attirés sans même lire le titre.

C’est un livre qui sous couvert de l’humour aborde pleins de sujets mais dans le désordre : l’échographie, les transsexuels, la puberté, le consentement, l’égalité entre les sexes.

Je pense qu‘il faut déjà être averti sur certains sujets pour comprendre ce petit livre qui m’a beaucoup plu, pour moi, il parle surtout de l’adolescence et comment bien vivre dans son corps.

Selon l’éditeur, à partir de 8 ans

Le livre qui te dit enfin tout sur les filles et les garçons
Françoize Boucher
Editions Nathan, Livre Broché, 112 pages, 2014
10,90€

Le respect de l’intimité et du corps

Je suis tombée par hasard sur cet album à une vente de livres de l’école des mes enfants. L’auteur/ illustrateur, nous le connaissons déjà bien, mais ce livre date d’avant la naissance de mes enfants, alors, je ne le connaissais pas.

Mais je ne regrette pas, d’avoir attrapé au vol ce petit cochon qui sans le savoir allait avoir une part importante dans mon article d’aujourd’hui.

Il n’y a que deux mots d’inscrits dans ce livre, mais on le comprend très bien, même sans texte.

Une petite fille se prépare pour le bain, seule dans sa salle de bain, mais la porte s’ouvre, elle se couvre rapidement d’une serviette avant que le défilé ne commence. Maman se dénude, se met dans le bain avec le bébé, les frères font pipi devant elle, le père vient se laver les dents avec sa robe de chambre ouverte et même le chat fait une apparition.

Elle est gênée mais personne ne semble le remarquer, jusqu’à ce qu’elle crie « La porte! » qui se ferme enfin pour qu’elle puisse se glisser pudiquement dans son bain.

Il n’y a rien de plus à ajouter. Le message est simple : respectons la pudeur de nos enfants, ne leur imposons pas nos corps nus si ça les dérange.

La porte
Michel Van Zeveren
Ecole des Loisirs, Pastel, Album, 60 pages, 2008
12€

En 2019, de nouvelles illustrations

On aimerait tellement ne pas avoir à aborder le sujet des abus sexuels avec nos enfants, on aimerait tellement que ça n’existe pas. Mais, ça n’arrive pas qu’aux autres alors nous n’avons pas le choix, il faut les informer au sujet de cette épouvantable éventualité.
La couverture a évoluée, je trouve le message assez différent. Sur la première on lit la peur, sur la deuxième la determination à dire NON!

Chaque mot a été murement réfléchi dans ce livre, l’approche est directe. Ca peut vous sembler dur ou cru, mais je pense qu’il faut être clair sur ce sujet : respect, attention, non, prévention, appel à l’aide.

Selon l’éditeur, de 3 à 7 ans

Comme vous l’aurez compris, je suis plutôt une Maman ouverte à toutes les discussions mais aborder la pédophilie avec une enfant de 3 ans avec des mots si crus, je ne m’en sentirais pas capable.

Respecte mon corps
Catherine Dolto et Colline Faure-Poirée/ Frédérick Mansot/ Robin pour la nouvelle édition 2019
Giboulées, Gallimard Jeunesse, collection Mine de rien, 28 pages, 2009
6,50€

Comment on fait les bébés?

Les parents souvent s’imaginent que les enfants n’en ont aucune idée parce qu’ils n’en n’ont jamais parlé. Le jour où j’ai entendu ma nièce qui racontait à mon fils de 5 ans (les yeux écarquillés) comment sa petite soeur était sortie du « zizi » de sa Maman, j’ai pensé qu’elle m’avait bien rendu service. Depuis ce jour, j’ai décidé de répondre simplement, comme ma nièce l’avait fait, à toutes les questions que mes enfants me poseraient.

Quand mon amie qui a un fils de 10 ans me dit qu’elle a vaguement abordé le sujet en lui expliquant que Papa avait soufflé sur une fleur et que le pollen était entré dans le ventre de Maman, je me dis qu’une chose est certaine, si vous ne leur apportez pas de réponses, ils vont aller les chercher et à 10 ans, même si on est loin de tout savoir, on sait que ce n’est pas la cigogne qui dépose l’enfant tendrement réclamé par des parents aimants, et encore moins le pollen de la fleur.

Donc, une des premières questions posées par nos chères têtes blondes, c’est « Comment on fait les bébés? »

Ce livre m’avait beaucoup plu, il ne date pas d’hier mais il est toujours d’actualité. Comment dédramatiser « La » question?

Les parents ont décidé d’expliquer à leurs enfants « Comment on fait les bébés ».
Ces derniers tout ouïe, écoutent les explications plus invraisemblables les unes que les autres de leurs parents, il faut dire qu’ils en ont de l’imagination : recettes de cuisine, jardinage, tout y passe.

Mais la vérité sort de la bouche des enfants:

Selon l’éditeur entre 6 et 8 ans

Comment on fait les bébés
Babette Cole

Seuil Jeunesse, Album, 40 pages, 1993 (réédité en 2012)
13,50€

Dans cette collection Mes p’tites questions on essaie de répondre aux interrogations des enfants.

Aimer, l’amour, l’amitié, s’embrasser, les différences entre les corps des filles et des garçons. Les organes génitaux, les changements avec la puberté, faire l’amour puis un bébé, l’accouchement et même la séparation.

On explore de façon chronologique les cycles de la vie en abordant succinctement toutes les questions telles que les enfants se les posent. Ce documentaire est assez complet et répond simplement aux questions, il se veut rassurant.

Selon l’éditeur entre 6 et 8 ans

L’amour et les bébés
Pascale Hédelin/ Princesse Camcam/ Aurélie Grand pour la version 2020
Editions Milan, Documentaire, 38 pages, 2010
8,90€

La grande histoire d’un petit spermatozoïde. Paulo a un long chemin a parcourir avec ses 300 millions de camarades.

Equipé de ses lunettes de plongée, il part à l’aventure.
Une grande course de natation va bientôt avoir lieu, dont le seul est unique prix est un oeuf. Le maitre entraine ses élèves et leur montre le chemin à parcourir pour atteindre l’objectif qui se trouve à l’intérieur de Madame Dupont alors que lui se trouve à l’intérieur de Monsieur Dupont.

Sous la couette, le maitre donne le départ pour la grande course de natation.
C’est Paulo qui va la gagner, mais à son arrivée à l’oeuf, il va se passer un phénomène étrange, un bébé va grandir dans le ventre de Madame Dupont, ce sera une petite fille qui sera elle aussi nulle en Maths mais très bonne en natation.

C’est avec humour qu’est abordé le thème de la fécondation dans cet album, les enfants ont beaucoup rigolé et bien compris qui était ce petit Paulo et le rôle qu’il tenait dans l’histoire de la vie.

Selon l’éditeur, à partir de 6 ans

Le parcours de Paulo
Nicholas Allan
Ecole des Loisirs, Kaléidoscope, Album, 30 pages, 2004
13€

Le corps qui change, la puberté

Ce livre qui s’adresse aux plus grands car il parle des changements qui interviennent au moment de l’adolescence, il existe en version fille ou garçon.

Le passage de l’enfance à l’âge adulte, ce n’est pas évident. La puberté, c’est fatiguant, perturbant pour les parents mais avant tout pour les enfants qui ont souvent du mal à assumer ces changements précipités.

Que va-t’il se passer physiquement ? Quelles sont les grandes étapes qui vont entrainer les enfants vers l’age adulte. Le poids, les poils, les seins, les hormones, les règles. Dans quel but tous ces changements anatomiques. A quoi servent-ils ? A quoi préparent-ils nos corps ? On aborde le sexe opposé dans chacun des livres.

Quelques conseils de nutrition et d’exercice physique pour accompagner sereinement ces changements, une bonne hygiène corporelle et des dangers auxquels on peut être confrontés à l’adolescence comme la drogue, l’alcool ou le tabac, le harcèlement et le consentement.

Ce livre qui n’est pourtant pas particulièrement récent me semble aborder des sujets toujours d’actualité. Alors on ne parle pas de « culottes lavables » ou de « cup », il faudra peut-être compléter par quelques informations qui vous sembleraient utiles.

Selon l’éditeur, à partir de 9 ans

Qu’est-ce qui m’arrive?
Susan Meredith/ Nancy Leschnikoff
Usborne, Documentaire broché, 48 pages, 2007
6,95€

On a passé pas mal de temps à le lire avec les enfants, car il est très complet. Il y a plusieurs thématiques/chapitres et dans chacun, des pages pour les parents, pour les 5-8 ans, pour les 7-10 ans et les 10+. Le classement me semble raisonnable et censé.

Comme je l’ai déjà mentionné, je pense qu’il est important de parler de sexualité avec ses enfants (mais pas de sa propre intimité, nous sommes bien d’accord?). Pour moi c’est très naturel, mais il est normal que ça ne le soit pas pour tous et lorsque j’en parle autour de moi, je constate plutôt que c’est moi qui ne suis pas comme la majorité.

Je partage à 200% le point de vue de l’auteure quand elle dit page 8 : « De nombreuses études ont mesuré les impacts d’une éducation complete à la sexualité menée par les parents sur leurs enfants. Les résultats sont sans équivoque : plus les parents parlent de sexualité avec leurs enfants, meilleure est la santé sexuelle de ces derniers/ ères à l’adolescence et au début de l’âge adulte. » Chez moi aucun tabou, mais si votre éducation en matière de sexualité à été succincte, ce livre vous aidera sans doute à trouver les mots, à vous rassurer.

Je trouve que ce guide très bien pensé car il a vocation à aider toute la famille, y compris les parents, et donne des conseils sur la façon d’aborder les sujets les plus délicats, car clairement, tout y passe, toutes les questions, y compris les plus gênantes.

« C’est quoi faire l’amour ? », c’est une grande question. Ma fille de 8 ans pense que les animaux « font l’amour ». Toute la différence vient du motif de la relation sexuelle, c’est un sujet assez délicat puisqu’on parle de désir et de plaisir. C’est évidemment sur ces réponses que mes enfants ont souhaité passer le plus de temps. Alors, comme cette Maman sur la couverture, on a passé deux heures sur le canapé à tout étudier et j’imagine qu’on va revenir sur pas mal de sujets.

Corps, Amour, Sexualité, les 100 questions que vos enfants vont vous poser
Charline Vermont/ Juliette Mercier
Albin Michel, Guide d’éducation à la sexualité, 208 pages, Septembre 2021
15,90€


J’espère qu’avec cet article vous trouverez de bons supports à certaines discussions pas toujours évidentes avec vos enfants avec humour ou sérieux ou peut-être un peu les deux ?

La chose du MéHéHéHé

La dernière fois que je vous ai parlé de Jeanne Macaigne, vous aviez drôlement apprécié alors je vais vous parler d’un roman original illustré par cette dernière. Si vous connaissez son travail alors vous reconnaitrez immédiatement sa patte sur la couverture.

L’autrice, Sigrid Baffert n’a pas choisi Jeanne Macaigne sans raison pour illustrer son roman.

A la surface de l’eau, flotte quelque chose d’étrange, de jamais vu. Saï, Mo et Vish, trois pieuvres s’interrogent sur la Chose qui vient d’amerrir…

Dans le Cimetiere-des-Choses-Brûlées, les trois petites pieuvres partent en quête de la vérité, à la recherche d’un grand sage qui saurait ce qui est tombé dans l’océan et comment s’en débarrasser.

Les adjectifs employés ne sont pas toujours évidents à comprendre, le livre n’est pas très épais mais s’adresse à des lecteurs avertis. Grace aux illustrations de Jeanne Macaigne, les doutes se lèvent sur d’éventuelles incompréhensions.

C’est vraiment très interessant d’approcher la peur de l’inconnu de cette manière. On parle aussi de pollution, comment les humains perturbent les mers avec leurs déchets.

Je vous avais déjà parlé de cette collection dans mon article sur le Deuil avec « L’arrêt du coeur », ces romans sont courts mais s’adressent aux enfants à partir de 9 ans.

Sigrid Baffert/ Jeanne Macaigne
Editions MeMo, MeMo Polynie Voyages, roman illustré, 84 pages, 2019
11€

Le Yark

Encore un trésor, j’ai honte, c’est comme un pêché d’aimer autant l’écriture de Santini…

J’ai acheté la nouvelle version du Yark, la Collector/ 10 ans déjà. Le format est plus grand que l’original et plus cher aussi.

Le Yark est un monstre qui aime les enfants, soyons plus précis, il aime manger les enfants. Mais son petit estomac en vieillissant devient capricieux, il a développé une intolérance et ne peut désormais dévorer plus que les enfants sages.

Et, nous ne le savons que trop bien, ça devient rare, les enfants sages! Il ne trouve pas grand chose à se mettre sous la dent et commence à désespérer lorsqu’il est frappé d’un éclair de génie. Le père Noel, lui, détient une liste des enfants sages, ceux qui vont recevoir des cadeaux. Il part donc tromper le Père Noel pour lui subtiliser la fameuse liste qui lui permettra enfin d’assouvir sa faim. Il vole vers la Provence, Londres, jusqu’à ce qu’il rencontre Madeleine qui va changer le cours de sa vie.

Mes enfants ont adoré, mais ils ont un humour très décalé. Attention, si votre enfant a peur des monstres, je ne suis pas certaine que cet album soit pour lui. Ce n’est certainement pas pour les enfants de 3 ans comme l’indiquent certains sites, il faut déjà avoir un certain vocabulaire et comprendre ce type d’humour pour se lancer dans cette lecture.

Il y a un côté très rétro dans cet album: dans les mots qui souvent riment et les illustrations en noir et blanc telles des gravures de Durer, la présentation des chapitres. J’adore l’ambiance créé par ce duo. Le livre fonctionne pour les parents et les enfants, une vraie prouesse!

On peut dire qu’en 10 ans, il est devenu un classique et même plus à mes yeux: un incontournable d’une bonne bibliothèque jeunesse.

Bertrand Santini/ Laurent Gapaillard
Grasset Jeunesse, Roman illustré, 80 pages, Octobre 2021
17€

Écrans, internet, réseaux sociaux : notre sélection de livres jeunesse pour en parler avec vos enfants

Maman, quand est-ce que je pourrais avoir un téléphone ? Mais tous mes copains en ont un !

Même remarques pour Roblox, certains films… Pourquoi les autres ont-ils le droit et pourquoi pas eux ?

Les écrans

Le Covid n’a pas aidé : les enfants de 3 à 10 ans ont passé en 2021 en moyenne 2h14 par jour devant les écrans, soit 20 minutes de plus qu’en 2019 (source : Ipsos).

La télévision reste en tête avec 1h24 de visionnage quotidien. Mais les smartphones progressent (+13 minutes par jour), de même que les consoles de jeux (+12 minutes). Ainsi, en 2021, 47% des enfants se servent quotidiennement d’une console de jeux (+6 % versus 2019) et 38% d’un smartphone (+8 %).

À noter également la hausse hausse significative de l’utilisation d’écrans la nuit, et en particulier des smartphones (+5 %) à des heures où les enfants sont censés dormir…

Pour les plus petits, il peut être important de souligner dès le plus jeune âge que la vie est bien plus drôle sans écran !

Le dico de la vie sans écran donne plein d’idées de tout ce qu’on peut faire quand les écrans sont rangés : inventer ses propres jouets, faire des cabanes, faire des câlins, écouter de la musique, monter des spectacles…

Et avec ces illustrations de Philippe Jalbert, c’est une bonne partie de rigolade garantie ! (Pour info, ce n’est pas un dictionnaire…). Un livre qui peut s’avérer utile pour les enfants qui ont des ainés souvent sur les écrans (et pas eux) ou donner de bonnes idées d’activités « saines » !

A partir de 3 ans.

Le dico de la vie sans écran
Philippe Jalbert
Album, 96 pages, Larousse jeunesse, 2019
13,50 €

Qui dit écran dit consoles et jeux vidéos. Encore une fois Nathalie Dargent et Yannick Thomé illustrent l’addiction aux jeux vidéos avec pertinence dans ce tome des Inséparables (on vous avait déjà parlé de cette très bonne collection ici et ici).

Cette fois-ci, Aminata devient accro aux écrans ! Elle a accaparé la console de son grand frère et s’amuse à ratatiner les zombies. Mais Aminata joue aussi la nuit : elle ne dort plus et n’écoute plus en classe ! Et même quand elle invite ses amis chez elle, elle passe plus de temps à jouer toute seule qu’à s’intéresser à eux. Les jeux vidéos ont pris peu à peu le contrôle de sa vie.

La solution ? Jouer aux jeux vidéo, oui, mais pas à n’importe quel jeu et pas n’importe quand. Avec des règles, tout est plus facile !

L’avantage de cet album, c’est que ce sont les amis d’Aminata qui se soucient en premier de l’addiction de leur amie, Ca passe toujours mieux quand ça ne vient pas des méchants parents castrateurs !

Et toujours, le petit quiz de la fin, parfait pour amorcer les discussions !

À partir de 7 ans.

Les Inséparables
Nathalie Dargent / Yannick Thomé
BD, BD Kids, 2019
7,95 €

Sur le même thème, ce court roman est facile à lire et pourra plaire à votre enfant, car c’est le jeune personnage principal qui raconte son histoire, avec ses propres mots.

Suite au départ de son père, ce jeune garçon obtient ce dont il a toujours rêvé : une télé dans sa chambre ! Il y suit bien évidemment toutes les émissions idiotes qui y défilent. Mais cela lui permet de s’endormir.

Sauf qu’il n’arrive plus à suivre à l’école : il se couche de plus en plus tard. Et les zombies des films qu’il affectionne tant s’immiscent dans ses cauchemars. Le zombie finalement, c’est lui le lendemain et il s’en rend bien compte, tout comme les profs, qui finiront par prévenir les parents de cette fatigue chronique. Et peu à peu, le jeune garçon s’aperçoit que sa maman n’est pas si embêtante que ça, qu’il est bien plus agréable d’avoie de vraies relations amicales que de s’abrutir devant les écrans.

Le format de cette nouvelle collection est trés agréable avec cette grosse typo et sa mise en page aérée. Les illustrations gaies et colorées de Loïc Froissart aèrent la lecture. La jaquette se déplie pour former une affiche. Une belle collection !

Une bonne critique des écrans (et des émissions télévisées actuelles) et une bonne façon de lancer la discussion.

À partir de 8 ans.

Comment chasser les zombies dans mon lit ?
Béatrice Fontanel / Loïc Froissart
Roman, 104 pages, Collection Le grand bain, Seuil Jeunesse

9,50 €

Le Centre pour l’Éducation aux Médias et à l’Information (CLEMI) a crée un support pour les pré-adolescents et adolescents. « Dans la tête de Juliette est une bande dessinée éducative qui nous plonge dans le tourbillon de la vie d’une adolescente connectée. Elle interroge avec finesse et pédagogie le rapport des plus jeunes aux écrans, en particulier avec leur smartphone. L’objectif est de les aider à devenir des acteurs conscients et responsables de leurs usages numériques. »

Avec un format BD et un discours non moralisateur,  il veut amener les jeunes lecteurs à s’interroger sur leur relation au smartphone, mais aussi à enrichir leurs connaissances pour les éduquer et promouvoir les usages responsables des réseaux.

On essaiera de comprendre ce qui peut bien se passer dans la tete de cette jeune fille pendue à son téléphone, en particulier avec les mini-Juliette qui représentent les différentes facettes du caractère de Juliette.

Les conversations des mini-Juliette permettent de se poser des questions et de faire naître des débats ou expliquer des notions comme la surcharge cognitive, les algorithmes de recommandation, la nomophobie, l’évaluation de l’information, l’identité numérique ou le cyberharcèlement.

Pour télécharger la BD gratuite et pour plus de ressources, c’est par ici.

L’addiction aux écrans des parents

Mais attention, les enfants sont certes hyper attirés par les écrans, mais ils ont de qui tenir ! Nous passons nous aussi énormément de temps sur nos écrans, et avec l’effet covid (home working / home schooling), la frontière travail / maison est devenue de plus en plus floue.

L’album de Philippe de Kemmeter chez La Martinière jeunesse est d’ailleurs parfait pour remettre les idées en place des parents !

La quatrième de couverture annonce clairement la couleur : « Si vous voyez un pingouin avec un ordinateur, ne vous inquiétez pas, c’est mon papa. En fait, moi j’ai un papa virtuel ! »

Dans cet album, un petit pingouin se désespère : son père est sur un écran, du matin au soir. Informations, réseaux sociaux (Icebook), météo… sa famille passe au second plan : il n’a jamais le temps de jouer avec son fils, ne répond pas quand on lui parle. Bref, il est là sans être là. Tension entre les parents, manque de communication, solitude… les effets d’un addiction aux écrans se font fortement sentir au sein de cette famille.

Un jour, c’est le drame : plus de connexion… Papa part donc à la dérive sur un morceau de glace, pour essayer de capter un quelconque signal… Ce ne sont pas ses amis virtuels qui vont pouvoir l’aider à rentrer. Heureusement, un ours polaire lui prêtera main forte. Et à son retour, il surfera sur son ordinateur d’une manière bien différente ! Pas besoin de réseau !

Un album très pertinent, avec des illustrations drôles et touchantes.

À partir de 5 ans.

Papa est connecté
Philippe de Kemmeter
Album, La Martinière jeunesse
7,90 €

Dans le même genre, mais dans un univers complètement différent, Puisque c’est ça, je pars.

Norma et Félix sont au parc. Mais que font les mamans ? Les voilà fort occupées, avec leur téléphone ! À tel point qu’elles en oublient leurs enfants ! Pourtant elles leur avait dit que c’était l’heure de partir…

Qu’à cela ne tienne ! Ils en avaient assez d’être ignorés, alors ils sont partis à l’aventure, seuls. Ils pénètrent dans un monde imaginaire, chevauchent des tigres, voguent sur les flots… Jusqu’à ce qu’ils regrettent le monde qu’ils ont laissé et cherchent à le retrouver : Norma a abandonné son doudou Jojo dans l’aventure !

Les mamans, elles aussi se sont rendu compte que leur progéniture avait disparu, pendues à leur téléphone. Et elles ont eu bien peur ! Le téléphone, c’est fini, Norma aura toute son attention ! Et Norma, elle, jurera de mieux s’occuper de Jojo !

Un album un peu culpabilisant pour les parents, c’est sûr (qui ne s’est jamais morfondu d’ennui au parc et s’est réfugié sur son téléphone pour passer le temps ?), mais qui permet un beau voyage dans un monde fantastique, et donne l’opportunité aux plus petit d’aborder la question des écrans et de la cyberdépendance des parents. Aux parents ensuite d’accepter la conversation et les reproches de leurs enfants. Car cette conversation inéluctable à l’issue de cette lecture la pourra aussi permettre de parler de la cyberdépendance des enfants.

À partir de 4 ans.

Puisque c’est ça, je pars
Yvan Pommaux
Album, L’école des loisirs, 2017
14,80 €

Pour en savoir plus sur les objets connectés

La vie connectée
Documentaire, Dokeo+, Nathan/ La cité des sciences et de l’industrie
Dès 9 ans
14,90 €

Les vrais dangers d’Internet

Au-delà des problèmes d’image et de perception, Internet est une source de dangers bien plus graves encore : images choquantes, arnaques et surtout harcèlement et pédophilie. Il est donc très important d’y sensibiliser les enfants. L’école primaire anglaise dans laquelle nous sommes fait un bon travail de prévention à ce sujet, mais il est toujours utile de rajouter une couche à la maison.

Encore un Max et Lili dans notre sélection. Rien de très original me direz-vous. C’est vrai, mais cette collection regorge de ressources et nous les utilisons souvent à la maison. Les enfants (et en particulier ma fille de 8 ans) aime les collectionner et elle les relit souvent. Elle aime les personnages, le petit format BD et surtout le petit quiz de la fin. Si vous n’avez pas le temps de lire le livre en entier avec votre enfant, vous pouvez tout simplement faire le quiz ensemble pour parler du sujet !

Dans ce tome de Max et Lili, on parle d’Internet, de ses avantages et de ses dangers : Les parents de Max et Lili ont acheté un nouvel ordinateur et n’ont pas encore installé le contrôle parental. Les enfants prennent un malin plaisir à s’en servir et les bêtises fusent : ils se font arnaquer sous couvert de gagner des consoles gratuites, tombent sur des images choquantes en cliquant sur un lien dont l’intitulé n’a rien à voir, et Lili échappe de peu à une rencontre fixée par un inconnu… Beaucoup de bêtises en bien peu de pages, mais le quiz des dernières pages permet d’ouvrir la porte à des conversations plus poussées sur les sujets à creuser.

À la fin de ce mini-album, un lexique sur les termes employés couramment dans le monde connecté, et surtout une double page avec des conseils sur le bon comportement à adopter en ligne.

Je vous conseille de lire ce tome-ci en particulier en entier avec votre enfant car on y parle quand même de pornographie et de pédophilie.

Cet album est visé par la Délégation interministérielle à la Famille et la Délégation Internet.

À partir de 8 ans (en raison des sujets abordés).

Lili se fait piéger sur Internet
D. de Saint Mars / Serge Bloch
Album BD, Calligram
, 2006
5,90 €

Pour les plus grands, et toujours au format BD, Le blog de Charlotte est une lecture divertissante qui aborde les dangers d’internet.

Charlotte se sent un peu seule au collège, ses meilleurs amis bien trop occupés à filer le parfait amour. Elle décide d’ouvrir un blog et crée de nouvelles amitiés. Elle se rapproche surtout d’un certain Sandro, un jeune adolescent. Charlotte s’enferme peu à peu dans sa bulle d’amitié virtuelle et s’isole de la vie réelle. Sandro lui fait penser que ses amis ne sont pas de vrais amis, et en vient même à lui demander de faire des choses dangereuses et inacceptables pour mériter son amitié et appartenir à son « club ».

Pages BD classiques se mêlent à des captures d’écran du blog de Charlotte, ce qui rend l’album très vivant et ancré dans la réalité. Et soyons honnête, le format BD est souvent plus attrayant que les romans pour les pré-ados. 

Une très bonne BD, très girly (et avec quelques recettes de cuisine !), idéale pour toucher cette catégorie : il faut faire prendre conscience aux enfants (de plus en plus tôt malheureusement) qu’internet a ses dangers, qu’ils ne sont pas à l’abris derrière leur écran, et qu’ils doivent toujours rester sur leur garde. Et bien sûr de ne pas hésiter à parler à une personne adulte de confiance en cas de doute ou de problème.

À partir de 10-11 ans.

Le Blog de Charlotte
BeKa / Grégoire Mabire 
BD, Bamboo éditions
14,90 €

Les réseaux sociaux

Avec les écrans vient aussi le problèmes des réseaux sociaux. Nous sommes encore épargnés à la maison, mais je me rends bien compte que même au primaire, certains enfants ont déjà accès à Instagram, Facebook, Tik Tok, Snapchat et compagnie. Ils ont parfois même leur propre compte.

D’après une étude menée auprès de 652 enfants par l’institut YouGov, près de la moitié des enfants nés après 2010 sont déjà actifs sur les réseaux sociaux : 18 % des enfants âgés de 6 à 7 ans sont déjà inscrits sur un ou plusieurs réseaux sociaux; un taux qui atteint 41 % pour les 8-11 ans. Pour ces très jeunes enfants, les applications les plus populaires sont celles qui consistent à se mettre en scène et à mettre en scène les autres – au moyen de photos ou de vidéos.

Pourtant, les réseaux sociaux sont interdits aux enfants de moins de 13 ans en France (il est interdit de créer son compte sur un réseau social avant 13 ans, et créer un compte avec de fausses informations, comme avec un âge erroné par exemple, constitue une infraction aux conditions d’utilisation des réseaux sociaux). Pourquoi ? Tout simplement parce que les moins de 13 ans sont vulnérables à la fois aux propos et autres contenus mis en ligne par d’autres personnes, mais également aux contenus qu’ils peuvent être amenés à publier eux-mêmes sur le site, comme les informations personnelles et les photos. Sans compter qu’en laissant leur profil ouvert au public comme c’est souvent le cas, les mineurs peuvent être exposés à des personnes aux intentions malveillantes.

Pour les 13-14 ans, le consentement des parents est désormais requis conjointement à celui du mineur, suite à un amendement recommandé par l’Association e-Enfance. 

Les adolescents âgés de 15 ans et plus peuvent consentir seuls à la création de leurs comptes sur les réseaux sociaux.

Cela n’empêche pas de commencer la discussion sur les réseaux sociaux !

Nous vous avions déjà présenté cet album particulièrement pertinent pour aborder avec les « plus petits » les conséquences des réseaux sociaux. Ici on ne parle pas de harcèlement mais de la course à la popularité (on veut des « likes ») qui peut faire perdre de vue la notion de bien et de mal. Qui peut faire oublier que le virtuel n’est pas sans conséquence dans la vraie vie et que ce qui est sur Internet reste toujours sur Internet.

Boucle d’or aime poster des photos et des videos. Au début elle partage des selfies un peu banales. Mais personne ne va sur son mur. Elle passe donc aux photos des bêtises de sa famille, de « putois qui pêtent », de chats à bicyclette, histoire de faire rire. Mais son public se lasse. Elle doit faire quelque chose de plus osé, de plus choquant à partager. Elle va donc saccager la maison de 3 ours et s’en vanter sur les réseaux bien sûr ! Il sera facile à la police de la retrouver ! Et comme sur Internet, rien ne se perd, tout le monde sait que c’est une petite fille malhonnête et voleuse de purée !

Pour lire notre article en détails, c’est par ici ! Cet album est également disponible dans sa version originale anglaise.

#Boucledor
Jeanne Willis / Tony Ross
Album, Little urban
14,50 €

Pour les plus grands, 273 amis est un livre à mi-chemin entre la BD et l’album jeunesse, pour aborder avec les jeunes pré-ados (à partir du collège selon moi) les notion de droit à l’image, de respect de la vie privée et les conséquences de l’utilisation des réseaux sociaux. 

Sonia n’a que 11 ans mais ce qui l’intéresse le plus, c’est de chatter sur les réseaux sociaux. Pas question qu’elle laisse ses parents se mêler de ses affaires sur son ordinateur ! 273 amis sur Facebook, dont Salomé, danseur de hip hop, son amoureux ! Curieuse, elle décide de se rendre chez lui. Elle rencontre sa famille et prend une photo de Salomé en train de s’occuper tendrement de sa petite soeur. Pour en faire profiter ses amis virtuels, elle le tague le soir même : il est trop touchant !

Mais la photo de Salomé a fait le tour du web ! Et ses amis se moquent de lui, en babysitter. Salomé est furieux contre Sonia ! Comment a-t-elle pu publier cette photo sans son accord ? Et quand Sonia essaie d’en parler avec ses amies, elles se disputent.

Sonia finit par délaisser ses écrans et ses réseaux et renoue la conversation avec sa maman. Ça faisait si longtemps qu’elles ne s’étaient pas vraiment parlé ! Évidemment tout finira par s’arranger.

Je ne suis pour ma part pas fan du « langage ado » employé. Mon fils de 11 ans ne parle absolument pas comme ça (peut être parce que nous habitons à l’étranger) et il a même du mal à le comprendre !

À partir de 11 ans
273 amis
Gep / Edith Chambon
Album, Graines d’ados/Mouck
9,50 €

Emilie, 12 ans, est fan de Facebook et Instagram ; son frère Ambroise, 15 ans, est un grand joueur en réseau. Ils sont évidemment au 36ème dessous lorsque leurs parents leur annoncent qu’ils passeront les prochaines vacances en famille au fin fond de la creuse, pour une detox numérique de deux semaines : pas de téléphone, pas d’ordinateur, pas de tablette, pas de réseau, pas de Wifi ! Mais tout un tas d’activités pour passer du temps ensemble et se redécouvrir ! Lucien, le petit frère, lui, est ravi que tout le monde se détache de ces appareils ! Y compris ses parents d’ailleurs !

Tout le monde va-il jouer le jeu ? Suspense !

Une bonne lecture avec beaucoup d’humour, qui fait réfléchir à notre dépendance aux écrans (celles ados comme celle des parents).

À partir de 10 ans.

LIRE UN EXTRAIT

Quinze jours sans réseau
Sophie Rigal-Goulard / Marie de Monti
Roman, 215 pages, Rageot
13.10 €

Voici d’autres titres que nous ne vous avons pas présentés ici mais qui traitent des mêmes sujets :

Album, 3+
Petit Ours est pressé de se lever car aujourd’hui c’est jour de fête en ville ! Mais Papa Ours a du travail, il faut encore patienter. Une fois dehors, Petit Ours est émerveillé mais Papa Ours, lui, reste les yeux rivés sur son téléphone… Qu’à cela ne tienne, Petit ours va vivre sa propre aventure.
Une métaphore subtile et intelligente qui nous invite à lever les yeux des écrans et à profiter des beaux instants.
Roman, 9-12 ans
L’heure de la rentrée des classes a sonné pour Félix et Cliky, son compagnon éjecté d’Internet. Une photo postée sur Facebook sème la zizanie autour de la personnalité de la nouvelle institutrice. La réaction de Félix est relayée par le réseau social qui s’emballe et dérape…
Comment rattraper une photo compromettante, faire taire la rumeur et maintenir une communication humaine entre les membres d’une communauté ?
Félix parviendra-t-il à gérer Cliky et cette nouvelle vie ultra-connectée?
Roman, 11-13 ans
« À seize ans, Sam est un junkie, un accro, un drogué d’Internet et des jeux vidéo. Pour le sevrer de l’écran et sauver son âme, ses parents ont décidé de l’envoyer à Nice, en pension chez Martha, sa grand-mère, qui coule une retraite paisible, sans ordinateur ni télévision ni portable. Arrivé là-bas, Sam n’a rien d’autre à faire que de lire, réviser son bac de français et jouer du piano tout en se faisant dorloter par sa grand-mère. Comme cure de désintoxication, on a connu pire, et Sam admet qu’il n’est pas vraiment malheureux… Juste terriblement en manque des moyens de communication que des milliers d’années de progrès technique ont mis à la disposition de l’homme moderne. Mais ça, comment le faire comprendre à Martha… »
Roman, 13+
Comment réussir à exister quand on a 15 ans, un nom ridicule, une timidité maladive et aucun succès auprès des filles ? Le faux profil de Kenny Machin sur Facebook pourrait être une solution pour devenir très populaire… Surtout quand une chanteuse de renommée internationale s’intéresse à ce double virtuel. 
Cette fois c’est sûr, pour Kenny, le jour de gloire approche. 
Enfin, peut-être…

🇫🇷Le mystère / 🇬🇧The something

Ce livre est un trésor que nous gardons précieusement dans notre bibliothèque. Cadeau de la nounou adorée des enfants de l’époque nous l’avons lu à maintes reprises, détaillant les si charmantes illustrations de la talentueuse Rebecca Cobb (Missing Mummy, The lonely sea dragon)

L’histoire est des plus simples : un petit garçon joue à la balle dans son jardin mais celle-ci disparaît dans un trou près du cerisier. Le trou est malheureusement trop profond pour la récupérer (le papa – froussard ? – ne tente même pas de l’atteindre) et tout le monde émet son idée sur ce qui pourrait bien y avoir dans ce trou.

Un dragon ? Une famille de souris ? ou tout simplement une taupe ?

Les illustrations sont charmantes et on prendra plaisir à chercher la petite balle rouge au fond du trou rempli de toutes ces idées, plus ou moins farfelues.

Une véritable ôde à l’imagination !

À partir de 3 ans.

🇫🇷Le mystère/ 🇬🇧The Something
Rebecca Cobb
Album, 32 pages, 🇫🇷NordSud éditions, 2015 /
🇬🇧Macmillan, 2014
12 €
/ £ 11.99

Calpurnia

Nous vous parlons aujourd’hui de la BD, tirée du roman du même nom, paru dans la collection Medium de l’école des loisirs, mais qui s’adresse plutôt aux 11-13 ans.

Texas, 1899. Calpurnia Tate est une petite fille curieuse de onze ans. Elle vit avec ses parents et ses six frères dans une maison proche de la rivière et de la forêt. Son grand-père, féru de naturalisme, vit dans une petite maison au fond du jardin.

Curieuse, elle s’intéresse aux insectes, aux animaux et à la nature qui l’entoure. Pourquoi les sauterelles jaunes sont elles plus nombreuses que les vertes cet été ? Quand elle s’adresse à son grand-père pour obtenir une réponse, il lui dit d’y réfléchir par elle-même.

Elle finit par déduire qu’à cause de la sècheresse, les jaunes sont invisibles sur l’herbe sèche et qu’elles ne sont pas mangées par leurs prédateurs. Impressionné et outré par ce qu’elle apprend à l’école (principalement les bonnes manières), son grand-père décide de l’accompagner et de l’aider à développer son esprit scientifique. Il lui fera partager ses connaissances et lui donnera envie de liberté.

Une album agréable, entre BD et carnet personnel, qui parle de relations familiales (parents-enfants / fratrie), de transmission et du statut de la femme dans la société.

Évidemment, la BD (en deux tomes, déjà parus )est bien moins complète que le roman dont elle est tirée et aborde beaucoup moins la condition féminine de l’époque.

Une série de romans jeunesse de Jacqueline Kelly (et toujours illustrée par Daphné Collignon) pour les 8-11 ans est également sortie dans la collection Neuf de l’école des loisirs. Elle aborde les mêmes sujets et met en scène les mêmes personnages que l’on aura plaisir à retrouver.

A partir de 10 ans

Calpurnia
Daphné Collignon
D’après le roman de Jacqueline Kelly
BD,
88 pages, Rue de Sèvres, 2018
14,00 €

Les p’tits cirés: La chasse aux sauterelles

On vous les a déjà présenté Ben et Chacha, c’était en 2019, et on avait déjà craqué pour cette fraterie en vacances chez leur grand-père Tadé.

Ce grand-père, il n’est pas tout à fait comme les autres, il sait pleins de choses (bon, c’est souvent le cas des grands-pères) et il a l’air de se comporter aussi un peu comme un enfant, alors évidemment ses petits-enfants sont de grands fans.

Pour occuper les enfants, Tadé a toujours pleins d’idées pour s’amuser au jardin.

Alors que Chacha est la championne du craché de noyaux de cerises, Ben se dirige vers le fond du jardin car il compte bien prendre la première marche du podium pour la chasse aux sauterelles. Je me souviens, j’attrapais le plus de sauterelles possible pour pouvoir les glisser dans le pantalon/ la culotte de ma petite soeur qui hurlait à chaque fois.

Chacha se moque de son frère qui n’arrive pas à cracher les noyaux dans un sceau, et lui crache dessus. Vêtu de son ciré protecteur la vengeance semble facile. Il attrape ce petit insecte gigotant et le dispose sur la tête de sa soeur (elle en a de la chance, c’est seulement sur la tête!). Morte de peur, elle va à son tour se mettre à l’abri sous son ciré!

Comment va se terminer ce duel?

Tristan Pichard/ Delphine Garcia
Locus Solus, Album, 32 pages, 2018
6,90€

Marcel et Odilon

Je l’avoue, un plaisir tout particulier ce mois-ci à vous parler du jardin.

De nouveau, ce livre vient du Salon de Montreuil, je m’arrête toujours chez Versant Sud, car je sais, que systématiquement, je tombe sur une pépite.
Pourtant les enfants n’avaient pas été particulièrement attirés par la couverture, mais ils ont très rapidement changé d’avis lorsqu’ils ont découvert ces « histoires d’amitié ».
Nous sommes tous les trois sensibles et ces petits personnages très attachants nous ont conquis.

C’est un album qui ressemble un peu à une bande dessinée, il y a trois petites histoires autour de deux acteurs importants dans la vie du jardin: une coccinelle et un escargot.

Marcel vit à Coxis, une ville peuplé de coccinelles, parfois un peu las, il décide de partir en vacances. Alors que le paysage passe du gris au vert, Marcel est bloqué par des escargots qui font la course. Tout d’abord agacé, il décide finalement de prendre le rythme des vacances avec un plaisir non feint.

Dans le deuxième chapitre, on nous présente Odilon qui se prépare pour la course du circuit de la grande laitue, c’est un peu le Tour de France des escargots et bien évidemment Odilon rêve de gagner la course. Alors qu’il se perd pour se rendre à la ligne de départ, Odilon rencontre Marcel installé au vert depuis peu. Marcel va coacher son nouvel ami jusqu’à la ligne d’arrivée.

Dans la dernière histoire, Odilon est rentré chez lui et cherche à en savoir plus sur sa mystérieuse grande-tante Hypoline qui possède un carrousel qui semble aussi vieux qu’elle. Avec l’aide de Marcel et ses amis, ils ont un grand projet!

Tout est adorable dans ce livre des textes aux illustrations!

Noémie Favart
Versant Sud, Album, 56 pages, Mars 2021
15,90€

Bleu Jardin

Je l’avoue, la mésange est un de mes oiseaux préféré. Ce petit oiseau que je vois souvent dans mon jardin offre des couleurs somptueuses, il est très beau à observer et je ne m’en lasse jamais.
C’est sans doute pour cette raison que je me suis arrêtée sur Bleu Jardin, plutôt que sur Vert ou Rouge, les suivants de la même collection.

Ici, on invite l’enfant à suivre la mésange, à en apprendre plus sur ses caractéristiques. C’est un documentaire sous forme d’histoire dans lequel nous suivons l’oiseau des yeux, elle ne cesse de virevolter, de nous entrainer d’un endroit à une autre pour nous faire découvrir ses habitudes.

Les illustrations sont splendides. Malgré l’utilisation majoritaire des couleurs froides, je ne vois que du chaud, que du rassurant.

Une belle invitation à virevolter dans le jardin.

J’aime beaucoup le travail de Teresa, je vous invite à découvrir sa page web par ici

Clémence Sabbagh/ Teresa Arroyo Corcobado
Le Diplodocus, Tout Carton, 32 pages, Avril 2021
11,90€