7-10 ans
Laisser un commentaire

Le petit chaperon rouge

Le petit chaperon rouge est un conte de tradition orale, ce conte est connu grace aux versions retranscrites par Charles Perrault (en France) et les frères Grimm (en Allemagne), mais il existait autant de variantes que de conteurs qui, au gré de leur inspiration ou en fonction du public modifiaient leurs récits.

Il faut aussi se souvenir que les contes n’étaient pas des histoires qui étaient réservées aux plus jeunes, c’était des histoires qui étaient racontées dans les villages lors de veillées. On pouvait donc apparenter le loup à une mauvaise rencontre masculine qu’un enfant pouvait faire et dont il faudrait bien évidemment se méfier avec ses mots mensongers.

Ces versions peuvent être assez variées, le chaperon serait un garçon travesti, une ruse pour tuer le loup ou celle des Grimm qui fait intervenir un chasseur, ou encore celle de Perrault dans laquelle le loup mange le chaperon un peu naif. Le chaperon porte-t-‘il une capuche, ou une cape, ou même une couronne de fleurs rouge? Quelle est la signification de cette couleur rouge?

C’est un album certes, mais pas un album pour les plus petits: un travail d’artiste pensé pour les plus de 8 ans car il est assez cru, tant dans le langage que dans les gravures.

Pour créer sa propre version, Julia s’est donc inspirée de différentes versions de transmission orale de ce conte. Son chaperon est vêtue d’une robe de fer, destinée à la protéger, mais cette petite fille ne rêve que d’une chose, pouvoir enfin se débarrasser de cet habit. Elle lime sa robe sur les pierres tous les jours, lorsque la robe est trochée, elle apparait enfin dans un resplendissant costume rouge. J’aime beaucoup la métamorphose dans le livre avec la gravure, lorsque le costume noir, devient rouge.

Elle transporte une époigne (un gâteau traditionnel du Nivernais) et un petit beurre à sa grand-mère et rencontre le loup qui s’empresse de filer vers la maison de la grand-mère, par le chemin des épingles pour la dévorer et prendre sa place. Ces chemins aiguilles ou épingles ont une vraie symbolique dans la tradition paysanne de l’époque. L’épingle pour l’enfant qui devient femme et l’aiguille pour la vieille femme.

©DR

Il garde une partie de sa chair et met son sang dans une carafe, plus tard, l’enfant demandera à manger et à boire et les animaux de la forêt tenteront de la prévenir. La chair et le sang, une autre symbolique?

©DR

Le petit chaperon rouge, un conte assez cruel finalement où une enfant apprend vite à grandir et échappe au pire (dans cette version) grâce à la ruse: une jeune fille libre et audacieuse comme la décrit l’auteure.

Si vous voulez en savoir plus sur le travail de Julia Chausson, n’hésitez pas à lire l’article que nous lui avons consacré dans la rubrique « Zoom sur ».

Julia Chausson
A pas de loups, Album, 40 pages, 2019
15€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s