7-10 ans, Lecteurs confirmés
Laisser un commentaire

Hugo de la nuit

Vous vous souvenez que je n’avais pas boudé mon plaisir lorsque j’avais lu Miss Pook avec mon fils; et je m’étais promis de continuer sur ma lancée Santini. Au salon, j’ai donc craqué pour Hugo de la nuit et j’ai même promis d’essayer de lire Gurty de façon un peu plus sérieuse.

Je vous promets de me mettre à Gurty mais en attendant, on commence par mon « côté sombre », un fiction qui plaira aux plus grands dans notre thème de la nuit, dans un univers qui s’apparente à celui de Tim Burton.

Hugo, enfant unique vit avec ses parents dans la bastide d’une village du Sud. Sa mère, Hélène est un auteur jeunesse à succès et son père Romain, ferru de recherches en botanique et tout particulièrement en espèces disparues.

Il se passe des choses étranges à Monliard, quelqu’un est venu au cimetière pour arracher une plante qu’on croyait disparue et de l’or noir s’échappe des tombes. Qui aurait interêt à profiter de l’exploitation de ce pétrole?


Il est poursuivi en pleine nuit par une ombre et chute dans un étang. Il se retrouve au cimetière entourés de fantômes qui lui demandent comment il a atterrit là. Hugo, par accident, est devenu un être entre deux mondes. Il va essayer de résoudre le mystère qui entoure « sa disparition », avec l’aide des fantômes du cimetière qui le trouvent très attachant et vont tout faire pour le renvoyer dans le monde des vivants.

Et nous aussi lecteur, on s’attache très vite à tous ces fantômes aux prénoms désuets et aux personnalités pour le moins originales


Il va aussi cotôyer zombies, et un grand sorcier, bref, on ne s’ennuie pas; c’est bien écrit, ça nous tient en haleine et la fin est plutôt inattendue (tout comme dans Miss Pook), encore un coup de coeur à la maison.

Je voulais tout de même que mon fils le lise avant de vous le présenter, il était inquiet car je lui avais parlé d’une scène choquante et il ne savait pas à quoi s’attendre. Le livre a été lu d’une traite sur le canapé et il n’a visiblement pas eu la même perception de la scène violente qui en l’occurrence est le meurtre des parents d’Hugo.

Je préfère vous prévenir pour les plus sensibles de nos lecteurs qu’une silhouette noire va poignarder violemment les parents d’Hugo sous ses yeux de petit fantôme. En tant que Maman, j’ai trouvé cela un peu difficile mais mon fils (pourtant assez sensible) ne s’est pas arrêté à cela. Par ailleurs, les parents ne sont finalement pas morts à la fin du livre.

Il a aussi remarqué tout particulièrement la dernière phrase du livre dont il m’a dit « C’est très beau! » et c’est vrai, il n’y a qu’à fermer les yeux pour apprécier la beauté de cette dernière phrase.

Sans cachoteries, vous savez que j’aime la plume de Santini, qui ne prend pas ses lecteurs jeunesse pour des analphabètes, il y a un vocabulaire soutenu qui fait que même l’adulte que je suis a pris un immense plaisir à lire ce roman.

Bertrand Santini/ Julie Rouvière
Grasset Jeunesse, Roman, 224 pages, 2016
13,50€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s