7-9 ans, Lecteurs confirmés
Laisser un commentaire

Céleste, ma planète

Je l’ai lu, en quelques minutes sur mon canapé alors qu’il pleuvait dehors et que mes enfants jouaient autour de moi. Je n’ai pas pu m’en défaire malgré le brouhaha environnant. Il fallait que je le termine, j’étais captivé par ce récit futuriste et tellement bien écrit.

Ce court roman s’adresse plutôt aux enfants à partir de 10 ans, parce que le point de départ, c’est une histoire d’amour. Et je le vois bien avec mon grand de 9 ans, l’amour, c’est dégoutant! Même, si je pense que, secrètement, ça commence à l’intéresser.
L’éducation nationale recommande ce livre pour des 5ème.

Dans ce futur, les humains vivent dans une ville verticale, faites d’immeubles vertigineux avec des passerelles qui mènent à d’autres tours. Nous avons l’impression qu’ils ne voient jamais le jour. On ne comprend pas bien au départ pour quelles raisons, même si la couverture du livre nous donne quelques indices.

Timothée de Fombelle dépeint aussi une vie de famille où les enfants sont solitaires, où la mère est absente, le père inexistant. Elle croit s’occuper de son enfant unique parce qu’elle lui fait remplir le frigo ou passer des messages par son assistante, il ne la voit qu’une fois par mois en coup de vent. Le narrateur vit seul, dans une de ces tours, il s’élève lui même!

Heureusement, il a un ami, Briss, qui lui tient souvent compagnie. Un ami qui va tenir un rôle clef dans sa vie d’enfant et dans cette grande aventure destinée à sauver la planète, il sera le messager.

A quatorze ans, alors qu’il s’était promis de ne plus jamais tomber amoureux, elle apparait dans l’ascenseur qu’ils les emmènent tous deux vers l’école, c’est Céleste, c’est le début du récit.

Céleste, c’est une allégorie de la planète, une planète qui se meurt. Céleste va disparaitre et il va la retrouver malade, au 330 ème étage, sur le toit pollué d’un immeuble et il va tout faire, pour la sauver.

Sauver la beauté du monde, sauver le monde incarné par cette jeune fille belle et fragile, voici le message véhiculé par ce livre.

Et bien moi, je suis tombée amoureuse, amoureuse de la beauté des textes proposés par Timothée de Fombelle depuis la lecture de « Capitaine Rosalie ». Je vais me rattraper et acheter tous les livres déjà parus que je ne connais pas. J’ai encouragé ma nièce de 12 ans à acheter « Alma, le vent se lève » le premier volet d’une trilogie, parce que je vais la voir cet été et que ce livre trônera à mon chevet!

Timothée de Fombelle/ Julie Ricossé
Folio junior chez Gallimard Jeunesse, Broché, 96 pages, 2009
4€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s