7-10 ans
Laisser un commentaire

Le trop grand vide d’Alphonse Tabouret

L’ouvrage que je vous présente aujourd’hui est un véritable coup de coeur ! A tel point qu’après l’avoir pris à la bibliothèque et fait découvrir à tout le monde dans la maison, je l’ai acheté, en prime dans l’édition collector anniversaire 15 ans ! C’est l’un des livres fétiches de mon fils, il doit avoir bon goût vu que ce livre a été élu « Meilleur album jeunesse » aux [dBD] Awards en 2011.

Né de la dernière pluie, au milieu d’une clairière, Alphonse Tabouret démarre son existence auprès du Monsieur. Mais un jour, sans crier gare, ce dernier le plante là. D’abord content de profiter de sa solitude, Alphonse finit par s’ennuyer et décide de partir à sa recherche. Dans ses errances, il rencontre un tas de personnages incroyables qui vont l’aider à surmonter les épreuves de la vie.

On ne sait pas trop ce qu’est Alphonse je dois dire (il ne le sait pas non plus d’ailleurs). Mais avec sa tete toute ronde et son petit corps « baton » et ses bras à rallonge, il est hyper expressif et il m’a tout de suite plu.

En tous cas, Alphonse est bavard. Mais Alphonse ne sait pas donner. Donc le Monsieur l’abandonne. Et Alphonse, forcément, se sent bien seul. Il ressent un « très grand vide » et ne comprend pas le sens de sa vie. En partant à travers la forêt à la recherche du Monsieur et de réponses à ses nombreuses questions existentielles, Alphonse va rencontrer des objets et des individus bizarres aux noms qui reflètent ce qu’ils sont : Goisse l’angoissé, Ide, qui a un trou à la place du ventre, Stesse, qui pleure tout le temps… Il partagera leurs secrets, les questions qu’ils peuvent se poser eux aussi, leur solitude.

Les dessins en noir et blanc paraissent enfantins et un peu naifs et, mais ils laissent transparaitre les émotions avec tellement de justesse qu’on peut passer des heures à les regarder. Et c’est là qu’on aperçoit tous les petits détails. Une petite illustration du personnage avant le texte nous fait comprendre qui parle. La typo cursive un peu enfantine est très bien choisie.

C’est le genre de livre qui m’a donné envie de noter plein de petites phrases qui m’ont faite sourire, ou réfléchir, ou qui simplement sonnaient juste.

Merci au trio de choc Sibylline + Capucine + Jérôme d’Aviau, que j’ai également eu beaucoup de plaisir à retrouver dans Rat et les animaux moches.

À partir de 9 ans.

Sibylline, Capucine, Jérôme d’Aviau
Album, 200 pages, Ankama collection Etincelle, 2020
16,00€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s